Comprendre une DDOS pour mieux se protéger

Le sigle DDOS signifie littéralement Distributed Denial of Service attack qu’on peut alors traduire par « une attaque par déni de service distribuée ». Ces DDOS se multiplient de plus en plus et notamment en France. Il est essentiel de bien comprendre leur principe pour trouver la solution la plus efficace pour s’en protéger. 

Quel est le but d’une attaque DDOS ?

Le but est souvent le même, il s’agit de rendre indisponibles le site internet et le ou les services qui y sont associés. Ensuite, plusieurs raisons peuvent pousser des personnes à vouloir rendre le site inaccessible. La plus commune étant de faire diversion pour voler les données du site en question.

Plus largement, les attaques DDOS sont souvent le fait d’un hacktivisme qu’il soit politique ou social comme le révèle cette source infographie.

Les différentes façons de procéder à une attaque DDOS

Très souvent, une attaque DDOS consiste à inonder le serveur d’un site en uploadant une importante quantité de données dans le réseau (flooding) afin qu’il devienne inutilisable. En 2015, une attaque DDOS avait atteint le chiffre record de 245Gbit/s. Cette surcharge de données peut aussi être directement opérée vers une box internet.

Une autre technique consiste à obstruer l’accès à un service pour un utilisateur en particulier. Ici, le but est généralement de cibler une personne importante ou de se venger.

De même, une attaque DDOS peut empêcher l’accès à un service en particulier entre deux machines.

La France, un pays privilégié par les attaques de DDOS

Selon Kaspersky Lab le top 3 des pays où ont lieu le plus d’attaques DDOS de botnet sont la Chine, suivie des Etats-Unis, puis de la Corée du Sud. À travers ce classement, on comprend à quel point la raison politique peut se cacher derrière une telle attaque.

La France arrive tout de même en 6e position avec environ 2,8% des attaques. Elle est d’ailleurs le premier pays européen de ce classement.

Se protéger contre les attaques DDOS

En moyenne, une attaque DDOS dure 6 heures avec un coût moyen de 40 000 dollars par heure pour la victime. Il faut savoir que lorsqu’on subit une attaque DDOS ce n’est pas par hasard et le risque de subir une nouvelle attaque est de 90%.

Pour se protéger contre ce genre d’attaque, mieux vaut avoir un dispositif bien en place. Passer par une entreprise extérieure comme Nomios est un réel plus, car ce genre d’entreprise propose une large palette de services personnalisés et un accompagnement de longue durée.

Laisser un commentaire